Premiers pas vers un nouveau médicament - Interpharma

À la pointe de la recherche et développement

Premiers pas vers un nouveau médicament

Le développement d’un médicament requiert des investissements considérables et beaucoup de temps. Le succès dépend de nombreux facteurs.

Aperçu Premiers pas vers un nouveau médicament Phase préclinique Phase clinique Autorisation et mise sur le marché

Avant d’entamer un projet de recherche pharmaceutique, de nombreuses questions se posent: pour quelles maladies y a-t-il un besoin urgent de nouveaux médicaments? Y a-t-il de nouvelles découvertes sur les causes de la maladie? Est-il possible de réduire les effets secondaires de médicaments existants?

Si la plupart des réponses à ces questions sont positives, un processus long et risqué de développement d’un médicament commence par l’identification d’une cible («target»). Il s’agit d’un point d’attaque dans l’organisme ayant une influence décisive sur le processus pathologique ou le déclenchant. Le but est que le nouveau médicament agisse sur le point d’attaque de manière à guérir ou soulager la maladie. Ces points d’attaque sont le plus souvent des enzymes ou des récepteurs.

Comme une clé dans la serrure

Une fois que l’on a trouvé une cible adéquate, l’étape suivante consiste à chercher une substance active qui convienne. Par des tests réalisés en machine (le criblage à haut débit ou high-throughput screening, HTS), on met la cible en contact avec jusqu’à 200 000 substances différentes par jour, à la recherche d’une interaction. Cette interaction a lieu si la substance active inhibe ou active la cible.
Ceci se fait selon le principe de la clé dans la serrure: le point d’attaque à influencer est la serrure. Sur un nombre incalculable de clés (les substances actives), seules quelques-unes correspondent.

Les substances entraînant une réaction avec la cible sont appelées «touches» (ou «hits» en anglais). On étudie ensuite l’ampleur de leur effet. En moyenne, sur 5 000 à 10 000 touches étudiées au départ, on ne continue à en étudier qu’une vingtaine.

De la touche à la substance active

Les «touches», c’est-à-dire les substances qui ont réagi avec le point d’attaque, ne peuvent pas être utilisées comme substances actives sous leur forme d’origine. Il faut les modifier chimiquement pour qu’elles remplissent les conditions requises pour un médicament. Pour utiliser une image, on peut dire que la clé entrait au départ dans la serrure mais ne tournait que très difficilement, de sorte que l’effet escompté était nul ou réduit. Il faut donc maintenant modifier la clé pour qu’elle ouvre facilement la serrure.

Pour pouvoir fonctionner en tant que clé, la substance doit remplir diverses conditions. L’une d’entre elles est qu’elle influence aussi peu de points d’attaque que possible dans l’organisme à part la cible proprement dite. Ce développement peut prendre plusieurs années au cours desquelles les chercheurs enlèvent des éléments de la substance où lui en ajoutent pour optimiser ses propriétés. Chaque modification doit ensuite être testée. Si, quelques années et plusieurs centaines de modifications plus tard, la substance s’avère satisfaisante, on la fait breveter. Cela garantit à l’entreprise pharmaceutique qu’aucune autre entreprise ne puisse utiliser cette nouvelle substance pour fabriquer des médicaments. La protection de 20 ans commence dès le brevet déposé, bien avant qu’on ne sache si la substance arrivera jamais sur le marché en tant que médicament.

À propos de nous

Interpharma, fondée en 1933 et dont le siège se situe à Bâle, est l’association des entreprises pharmaceutiques suisses pratiquant la recherche.

Contact

Pour nous contacter

lire plus

Comité et direction

Interpharma se présente

lire plus

Vision et mission

Plus d’informations sur les tâches et les objectifs généraux d’Interpharma

lire plus

Rapport annuel d’Interpharma

Informations sur nos chiffres clés et activités au cours de l’année 2020

lire plus