Évolution des coûts du système de santé

Depuis 1960, les coûts du système de santé ont augmenté chaque année. En 2015, ils se montaient au total à 77,8 milliards de francs, soit 11,1% du produit intérieur brut (PIB). Par rapport à l’année précédente, ils ont augmenté de 4,1%. Entre 2010 et 2015, les coûts de santé ont augmenté en moyenne de 3,6% par an. Les coûts des traitements curatifs ambulatoires ont augmenté plus fortement (4,1%), tandis que les dépenses pour les médicaments ont enregistré une hausse nettement moins marquée (2,8% par an).

Évolution des coûts dans l’AOS

Les coûts pris en charge par l’assurance obligatoire des soins (AOS) ont eux aussi augmenté en 2015. Ils se sont montés au total à 30,1 milliards de francs. La plus grande part revient aux soins en séjour hospitalier qui représentent 29% des coûts globaux. Par rapport à l’année précédente, ces coûts ont augmenté de 2,6% et ceux des prestations ambulatoires de 6,5%. Les dépenses pour les médicaments ont augmenté de 5,7%. Ceci s’explique par l’arrivée sur le marché de nouveaux médicaments novateurs, en particulier contre l’hépatite C.

Augmentation des coûts attendue

Avec le vieillissement de la population et la multiplication des maladies chroniques, la progression des coûts du système de santé est l’un des grands défis de l’avenir. Le plan financier 2013-2015 de la législature de la Confédération pronostique dans le scénario de référence une progression des dépenses pour le système de santé à 15,8% du PIB d’ici 2060. La hausse prévisionnelle des dépenses s’accentuerait encore de 1,1% si, au lieu d’être en bonne santé, la population passait ses années de vie supplémentaires en mauvaise santé. Cependant, on observe en Suisse depuis des dizaines d’années une augmentation du nombre d’années de vie en bonne santé. Pour soutenir cette évolution, il faut investir dans la santé et la prospérité de notre pays. La productivité d’une société dépend fortement de la santé physique et psychique des personnes qui travaillent.

L’orientation vers la qualité abaisse les coûts

Actuellement, les débats politiques tournent essentiellement autour de la hausse des coûts de santé. Or, dans sa dernière étude sur le système de santé suisse, l’économiste américaine Elizabeth Teisberg aboutit à la conclusion que ce débat fait fausse route. Selon elle, des réformes du système de santé visant essentiellement à réduire les coûts provoquent même l’effet inverse. Par conséquent, elle recommande que la prise en charge se concentre sur l’amélioration de l’utilité pour les patient-e-s et sur la qualité. Selon elle, l’orientation vers la qualité aurait aussi des avantages financiers car une population en bonne santé coûte au bout du compte moins cher qu’une population malade.