La promotion de la santé revêt de plus en plus d’importance

En raison de l’évolution démographique et de l’augmentation des maladies chroniques, la prévention gagne en importance en tant qu’investissement dans la santé. En 2013, environ 1,5 milliards de francs ont été investis dans la prévention en Suisse, soit à peu près 2,2% de l’ensemble des dépenses de santé.

Tandis que les maladies cardio-vasculaires et le cancer sont actuellement les causes de décès les plus fréquentes, ce sont surtout les maladies chroniques non transmissibles qui vont prendre de l’ampleur à l’avenir. En Suisse, près d’une personne sur vingt est diabétique. C’est en particulier le diabète de type 2, dont les causes principales sont le surpoids et le manque d’activité physique, qui se répand. De plus, d’après les scénarios d’évolution de la population de l’Office fédéral de la statistique, le nombre de personnes âgées de plus de 65 ans va augmenter de 53% d’ici 2060 (par rapport à 2010). Le groupe de personnes âgées de plus de 80 ans s’accroît encore plus vite et devrait presque tripler d’ici 2060. De ce fait, les pronostics disent que les maladies typiques de la vieillesse vont se répandre. En même temps, on observera plus souvent l’apparition de plusieurs maladies à la fois, d’où des traitements plus longs et plus complexes.

Investissements dans la prévention de la santé

Pour que la population puisse profiter en bonne santé du prolongement de l’espérance de vie, il faut investir dans des mesures efficaces et rentables dans tous les secteurs de la santé: promotion de la santé, prévention et médecine curative. Cela permettra non seulement d’éviter des maladies, mais aussi d’empêcher ou de retarder les besoins en soins. Ceci est important en particulier aussi du point de vue des coûts car le traitement des maladies est toujours plus onéreux que des investissements dans des mesures de prévention. En outre, l’importance des innovations médico-thérapeutiques va augmenter pour une prise en charge qualitative et économique.

En Suisse, les mesures de prévention sont réalisées par une multitude d’acteurs gouvernementaux et non-gouvernementaux. La loi sur la prévention adoptée par le Conseil fédéral en septembre 2009 à l’intention des Chambres fédérales avait pour but de renforcer la prévention et la promotion de la santé et d’améliorer la coordination et l’efficience des activités existantes. Après l’élimination des divergences entre le Conseil national et le Conseil des États, la loi a finalement définitivement échoué lors de la session d’automne 2012, le Conseil des États refusant de lever le frein aux dépenses.

Publications

pharma:ch 1/2008
Prévention: un investissement dans la santé et la prospérité du pays
pharma:ch 1/2011
Programme national contre le cancer pour la Suisse 2011-2015