Position d'Interpharma

Le plan directeur adopté en Décembre 2013 par le Conseil fédéral contient des éléments importants pour la revitalisation de la place scientifique et pharmaceutique suisse. Certaines mesures qu’il contient, destinées à accélérer les procédures d’autorisation des essais cliniques ainsi que l’admission de nouveaux médicaments dans la liste des spécialités (LS), sont déjà entrées en vigueur par voie d’ordonnance. Il faut à présent mettre en œuvre dans la pratique les accélérations promises de manière à assurer un accès plus rapide des patient-e-s aux médicaments novateurs.

Autre élément positif: le Conseil fédéral a l’intention de renforcer l’attractivité de la Suisse en tant que pôle de recherche clinique. A cet effet, il veut entre autres améliorer la qualité de la formation des médecins à la recherche clinique dans les universités et les hôpitaux.

En revanche, du point de vue de l’industrie pharmaceutique, le plan directeur a laissé passer une chance dans la mesure où il ne contient pas d’incitations à la recherche dans le domaine de la propriété intellectuelle, ce qui rendrait la Suisse plus attractive pour la recherche clinique. Dans ce domaine, le plan directeur ne répond pas au mandat parlementaire tel qu’il avait été souligné dans plusieurs motions. Il reste à espérer que le Parlement sera à cet égard plus visionnaire que le Conseil fédéral. En effet, des incitations dans le domaine de la propriété intellectuelle sont indispensables pour améliorer l’attractivité de la place suisse.