Initiatives de l’industrie

De nombreux pays manquent des infrastructures urgemment nécessaires. Ils doivent faire face à l’absence ou à la mauvaise qualité des routes, des moyens de transport et des sources d’approvisionnement en électricité ou en eau qui sont indispensables au bon fonctionnement d’infrastructures de santé publique efficaces. Cela s’avère négatif non seulement pour les patientes et les patients ainsi que les médecins, mais aussi pour l’approvisionnement en médicaments. Les hôpitaux sont handicapés dans leur activité par les pannes de courant. Les médicaments qui auraient dus être conservés au frais ne peuvent plus être utilisés. C’est pourquoi il importe d’accorder également la plus grande attention aux systèmes d’achat, de stockage et de distribution.

Contributions importantes de l’industrie pharmaceutique

Les entreprises pharmaceutiques pratiquant la recherche contribuent par divers canaux à l’amélioration de la santé mondiale. D’une part, leur contribution se manifeste sous la forme de leur activité de recherche et développement – qu’elles la pratiquent seules ou en partenariats. D’autre part, de nombreuses entreprises pharmaceutiques sont impliquées dans de multiples programmes d’accès et s’engagent via des dons, des donations, des créations de capacités, des transferts de savoir et de technologie, des programmes de formation et d’entraînement, des systèmes de prix préférentiels, des attributions de licences volontaires ou la renonciation à des exigences. De plus, les entreprises pharmaceutiques pratiquant la recherche apportent une contribution à travers leur mode de gestion, en ce sens qu’elles respectent les règles des Bonnes pratiques de fabrication ainsi que les critères éthiques, qu’elles garantissent la production de médicaments et de vaccins de haute qualité, sûrs et efficaces, et qu’elles se conforment aux conditions juridiques.

Appel de l’industrie pharmaceutique aux gouvernements

Pour aider toutefois ceux qui ont un besoin urgent d’accès aux prestations médicales, il est essentiel de disposer de systèmes de santé tout à la fois forts et performants. C’est pourquoi l’industrie appelle les gouvernements des pays à revenus faibles et moyens à apporter – chacun pour son compte – leur soutien au développement d’un secteur privé national et à créer des conditions-cadres attrayantes pour les entreprises partenaires mondiales. Elle lance en même temps un appel aux pays à hauts revenus pour qu’ils augmentent leur aide financière en faveur des infrastructures de santé publique dans les pays en développement sous la forme d’une plateforme pour le développement économique.

Initiatives multipartenaires et Public Private Partnerships

L’industrie pharmaceutique considère que des initiatives multipartenaires, ou Public Private Partnerships (PPP), sont – particulièrement dans les pays où règne une grande pauvreté – un moyen efficient et efficace pour améliorer la santé de la population et l’accès à une médecine de haute qualité. Dans le cas des Public Private Partnerships, des institutions étatiques ou des organisations et des fondations non-étatiques collaborent avec des groupes de recherche universitaires et des entreprises pharmaceutiques pratiquant la recherche. Ils se répartissent non seulement les coûts et les risques, mais aussi les droits d’utilisation des médicaments ainsi conçus. On citera à titre d’exemple l’alliance globale pour le développement de médicaments contre la tuberculose (« Global Alliance for TB Drug Development »), « Medicines for Malaria Venture » (MMV), le programme mondial « PATH Malaria Vaccine Initiative » (MVI) ou encore l’initiative « Drugs for Neglected Diseases Initiative ».

De nombreuses entreprises pharmaceutiques pratiquant la recherche sont en outre impliquées dans des projets visant à produire des médicaments et des vaccins contre les dix maladies placées par l’OMS en tête des priorités dans les pays en développement. Figurent parmi ces maladies dites « Diseases of the developing world » (DDW) : la tuberculose, le paludisme, la maladie du sommeil africaine, la leishmaniose, la dengue, l’onchocercose (cécité des rivières), la maladie de Chagas, la schistosomiase (bilharziose), la lèpre et les filarioses lymphatiques.