Avant-propos d'Interpharma

Les sujets liés à la santé sont sur toutes les lèvres. Avec l’accord-cadre entre la Suisse et l’UE et la protection du climat, le système de santé est l’un des principaux thèmes de cette intéressante année électorale.

Le Moniteur de la santé gfs annuel tombe donc à point nommé pour intégrer les avis, attentes et principales préoccupations des citoyen-ne-s dans les discussions des différents acteurs. Une comparaison avec les dix dernières années permet aussi de tirer des conclusions sur l’évolution de l’opinion publique sur une période relativement longue.

Un constat s’impose: pour les citoyen-ne-s, la qualité de notre système de santé prime sur les coûts. À ce jour, une grande partie des personnes interrogées est satisfaite de la qualité, en particulier du catalogue actuel des prestations, et ne souhaite pas de coupes dans les prestations, mais plutôt leur extension.

À première vue, cela peut sembler en contradiction avec les débats médiatico--politiques actuels sur les coûts de la santé. À y regarder de plus près, pourtant, on constate que les électrices et électeurs s’attendent, eux aussi, à une augmentation des coûts de santé et que les primes des caisses-maladie leur posent problème. Ils rejettent très clairement une restriction des prestations ou des expériences visant à faire baisser les coûts qui porteraient atteinte à la qualité du système de santé.

Pour ce qui est des coûts des médicaments, les citoyen-ne-s les perçoivent, certes, comme élevés, mais dès qu’il s’agit de maladies qui ne sont pas des «bobos», ils privilégient majoritairement l’efficacité et la qualité du traitement, avant les coûts. L’industrie pharmaceutique est considérée, juste après les médecins, comme l’acteur le plus compétent du système de santé. Cette confiance nous réjouit et incite les entreprises pharmaceutiques pratiquant la recherche en Suisse à tout faire pour répondre aux attentes à notre égard. La population reconnaît la contribution de l’industrie pharmaceutique au système de santé, par le biais de la recherche sur les médicaments, en particulier dans la lutte contre le cancer. Soulignons notamment que les jeunes électrices et électeurs souhaitent plus d’investissements dans la recherche sur les médicaments.

Nous allons continuer à nous engager activement et à contribuer à un système de santé suisse durable, innovant et finançable. C’est ainsi que nous pouvons assurer un accès aussi rapide que possible des patient-e-s aux innovations promettant le plus grand succès de traitement.

Dr René Buholzer Directeur d’Interpharma

Avant-propos d'Interpharma
Dr. René Buholzer, Directeur d'Interpharma
© @Interpharma