Infarctus du myocarde: principal problème cardio-vasculaire

En dépit de la croissance de la population, les décès dus aux maladies cardio-vasculaires ont diminué de plus de 27% entre 1980 et 2016. On doit ce recul à une combinaison de facteurs: amélioration du dépistage, efficacité accrue des diagnostics et traitements médicamenteux innovants. Parmi les décès causés par des maladies cardio-vasculaires, environ 78% étaient dus en 2016 à des maladies cardiaques. Par rapport à 1980, leur proportion a augmenté de plus de dix points. Parmi les maladies cardiaques les plus importantes, il faut citer les accidents ischémiques (troubles de l’irrigation sanguine), tels que l’infarctus du myocarde, responsables de près de la moitié des décès d’origine cardiaque.

Le taux de décès dus à l’hypertension a fortement augmenté par rapport à 1980. On entend par là essentiellement l’hypertension artérielle. Celle-ci est entre autres constatée lorsque le cœur doit fournir des efforts trop importants et transporte trop de sang dans le corps à chaque battement. L’hypertension artérielle n’occasionne en général que des symptômes non spécifiques, mais elle entraîne à la longue de nombreuses autres maladies graves. D’après une vaste méta-analyse de la Northwestern University de Chicago, l’hypertension artérielle est – avec le diabète, le tabagisme et l’hypercholestérolémie – l’un des quatre grands facteurs de risque de maladies cardio-vasculaires. Un de ces facteurs peut suffire à multiplier par dix le risque normal de maladie.

Décès dus aux maladies cardio-vasculaires
Décès dus aux maladies cardio-vasculaires
Décès dus aux maladies cardiaques
Décès dus aux maladies cardiaques