Croissance du marché du médicament ralentie par les baisses de prix

(Bâle, Zoug et Rotkreuz, le 30 janvier 2019) En 2018, le marché suisse des médicaments représentait un volume de près de 6 milliards de francs (aux prix de fabrique), soit 2,2% de plus que l’année précédente. Ce ralentissement de la croissance en terme de valeur, par rapport aux années précédentes, est notamment dû aux baisses de prix significatives de l’Office fédéral de la santé publique (OFSP) et à l’affaiblissement de la croissance générée par les nouveaux médicaments. La quantité d’emballages vendus a augmenté de 0,8% mais reste inférieure au niveau de 2016.

En 2018, d’après les chiffres relevés par IQVIA (un prestataire mondial d’informations, de technologies novatrices et de services dans le domaine de la santé) auprès des entreprises pharmaceutiques, des grossistes, des fournisseurs des médecins et des pharmacies en ligne, des médicaments d’une valeur de près de 6 milliards de francs (aux prix de fabrique) ont été vendus en Suisse. Le marché des médicaments a ainsi enregistré une croissance de 2,2% de sa valeur. C’est environ moitié moins, seulement, que les années précédentes (2017: 4,4%, 2016: 4,8%). Ce ralentissement de la croissance est dû à la reprise des vagues de contrôle des prix des médicaments pris en charge par les caisses-maladie. Le volume du marché du médicament en Suisse n’a pas enregistré de croissance notable. Le nombre d’emballages vendus a légèrement augmenté par rapport à 2017 (+0,8%) et se monte à quelque 187 millions d’unités vendues, c’est-à-dire un volume inférieur à celui de 2016.

Les baisses de prix se font sentir sur le marché des médicaments

En 2017, les vagues régulières de contrôle des prix ont repris et fin 2018, deux tiers des médicaments pris en charge par les caisses-maladie avaient déjà été réexaminés. D’après l’OFSP, des économies annuelles de 325 millions de francs ont ainsi déjà été réalisées; les pronostics étaient de 180 millions au total pour trois ans. Lors de la vague de contrôle des prix de 2017, le premier groupe réexaminé a été celui des médicaments contre le cancer, dans lequel de nombreuses innovations sont arrivées sur le marché ces dernières années. Les prix de nombreuses préparations ont été baissés, dans certains cas très nettement, au 1er janvier ou au 1er février 2018. Ceci a nettement réduit la croissance en valeur du marché des médicaments en 2018. Au cours des prochaines années, les vagues de contrôle des prix vont entraîner de nouvelles économies qui freineront la croissance du marché des médicaments. Ernst Niemack, président de vips, Association des entreprises pharmaceutiques en Suisse, déclare à ce sujet: «L’industrie pharmaceutique apporte une contribution importante à la maîtrise des coûts de santé. Il est ce faisant crucial que tous les patients et patientes continuent à avoir rapidement accès à des traitements nouveaux et plus efficaces. Or dans ce domaine il est nécessaire d’agir.»

Croissance des médicaments contre le cancer

La croissance la plus marquée (en valeur) a été enregistrée en 2018 dans le domaine des médicaments contre le cancer: 10,1%. Cela s’explique par la mise sur le marché de nouveaux médicaments innovants et plus efficaces, apportant un bénéfice pour les patient-e-s. À part les médicaments oncologiques, ceux contre les maladies auto-immunes comme la sclérose en plaques ont aussi connu une croissance du chiffre d’affaires supérieure à la moyenne (+5,9% par rapport à l’année précédente). «Le nombre croissant de traitements plus efficaces et innovants est une bonne nouvelle pour les patientes et patients, mais pour les traitements innovants en particulier, le processus de remboursement est insatisfaisant. La règle des 60 jours fixée dans l’ordonnance n’est plus respectée qu’exceptionnellement et les patients ne bénéficient donc qu’avec du retard de médicaments innovants très efficaces», souligne René Buholzer, directeur d’Interpharma.

Les génériques dépassent les produits originaux tombés dans le domaine public

En quantité, les génériques ont connu une croissance de 7,4%, dépassant ainsi les produits originaux tombés dans le domaine public. Le marché des génériques représentait l’année passée un volume en valeur de 719 millions de francs, soit 14,3% du marché pris en charge par les caisses. L’ensemble du marché ouvert aux génériques, composé de génériques, de préparations originales tombées dans le domaine public et de médicaments dont le brevet est arrivé à échéance mais pour lesquels il n’existe pas de génériques, représentait un volume de quelque 1,94 milliard de francs (+1,8%). En valeur, il représentait ainsi environ 38,7% de l’ensemble du marché pris en charge par les caisses-maladie. Les médicaments protégés par un brevet représentaient 50,1%, soit un peu plus de la moitié du marché pris en charge par les caisses-maladie. En volume, trois quarts des emballages de médicaments viennent aujourd’hui du marché ouvert aux génériques. 


Contact
Dr René Buholzer, directeur d’Interpharma, Association des entreprises pharmaceutiques suisses pratiquant la recherche, tél. 061 264 34 17, portable 078 743 65 95

Ernst Niemack, président de vips, Association des entreprises pharmaceutiques en Suisse, tél. 041 727 67 80, portable 078 646 80 30

Pillen

© Barbara Jung