L’industrie pharmaceutique suisse génère des impulsions régionales importantes

Bâle, le 21 novembre 2017

Au cours des deux dernières années, en dépit d’un contexte conjoncturel difficile, l’industrie pharmaceutique suisse a réussi à poursuivre son expansion. En raison de la forte croissance réelle de sa valeur ajoutée (7,2% en moyenne par an au cours des dix dernières années), cette branche a apporté une contribution considérable à la croissance économique suisse, générant en 2016 une valeur ajoutée brute de quelque 28,9 milliards de francs. C’est ce que montre une étude actuelle de BAK Economics SA et Polynomics SA. L’essor économique des entreprises pharmaceutiques suisses rejaillit également sur d’autres branches. Chaque franc de valeur ajoutée issu des activités de recherche et de production de l’industrie pharmaceutique génère 70 centimes de valeur ajoutée supplémentaire dans d’autres branches. Les entreprises suisses d’autres branches ont ainsi totalisé en 2016 quelque 20,7 milliards de francs de valeur ajoutée et un peu plus de 138 000 emplois.

L’industrie pharmaceutique est depuis des années le principal moteur de croissance du site industriel suisse et a ainsi contribué de manière décisive à la croissance économique globale. Environ un cinquième de la croissance réelle du PIB de notre pays est à mettre au crédit de l’industrie pharmaceutique. C’est la septième fois que, sur mandat d’Interpharma, BAK Economics SA et Polynomics SA relèvent les données économiques actuelles sur l’importance de l’industrie pharmaceutique en Suisse.

Quatre fois plus de valeur ajoutée

Le nombre d’emplois dans l’industrie pharmaceutique proprement dite s’est accru de 12 000 au cours des dix dernières années, tandis que d’autres branches industrielles supprimaient dans le même temps environ 16 500 emplois. En 2016, les entreprises pharmaceutiques suisses proposaient environ 43 000 emplois à temps plein (ETP). «Les collaboratrices et collaborateurs de l’industrie pharmaceutique travaillent sur différents sites dans la recherche et le développement, la production, ou encore au siège de l’entreprise. Avec une productivité de 350 francs par heure de travail, l’industrie pharmaceutique se situait clairement en tête des branches suisses», a déclaré le docteur René Buholzer, secrétaire général d’Interpharma, à l’occasion de la conférence de presse. Chaque poste de travail dans l’industrie pharmaceutique produit environ quatre fois plus de valeur ajoutée que la moyenne de l’économie globale.

Le succès des activités économiques de l’industrie pharmaceutique rejaillit également sur d’autres branches: c’est ainsi que, en raison des commandes auprès de fournisseurs, chaque franc de valeur ajoutée généré dans l’industrie pharmaceutique entraîne environ 70 centimes de valeur ajoutée supplémentaire dans d’autres branches de l’économie suisse. Cela représente une contribution directe et indirecte à la valeur ajoutée de 49,6 milliards de francs ou près de 8% de la valeur ajoutée brute de l’économie globale. En outre, chaque emploi dans l’industrie pharmaceutique génère 3,2 emplois à temps plein supplémentaires dans les entreprises d’autres branches.

Maintenir l’attractivité des conditions cadres

Ces dernières années, dans diverses régions de Suisse, l’industrie pharmaceutique est devenue l’un des principaux piliers et a généré des impulsions pour l’économie régionale. Les canaux d’impact sont présentés dans l’étude de BAK Economics SA à l’aide de l’exemple de l’entreprise biotechnologique Biogen qui investit 1,5 milliard dans la construction d’une installation de production biopharmaceutique ultramoderne à Luterbach, dans le canton de Soleure. Ce site de production va directement créer 600 nouveaux emplois dans le canton. En plus des 400 emplois dans la production biopharmaceutique, 200 emplois sont créés dans les secteurs satellites entretien du bâtiment, nettoyage et gastronomie. «Le recrutement bat son plein», a déclaré la docteure Natascha Schill, Managing Director de Biogen Switzerland SA lors de la conférence de presse. Sur la base de modèles de calcul, BAK Economics SA estime que l’exploitation de Biogen en 2019 va amener un potentiel de croissance supplémentaire de 1,5 à 2% du produit intérieur brut du canton et que les investissements de Biogen vont générer une valeur ajoutée brute de plus de 800 millions de francs dans l’ensemble du pays. Plus de 2 000 emplois y sont liés, dont une bonne partie dans la région. Natascha Schill a mentionné l’attractivité des conditions cadres en tant que facteur de succès important pour l’industrie pharmaceutique. En font partie un accès non bureaucratique aux marchés d’exportation importants, la disponibilité de main-d’œuvre qualifiée, l’assurance de l’excellence du site de recherche suisse ainsi qu’une imposition compétitive des entreprises.

Contact
Michael Grass, membre de la direction de BAK Economics SA
061 279 97 23 / michael.grass@bak-economics.com
Sara Käch, responsable de la communication d’Interpharma
079 208 16 33 / sara.kaech@interpharma.ch
Dr Stephan Vaterlaus, directeur de Polynomics SA
079 402 89 38 / stephan.vaterlaus@polynomics.ch

Wertschöpfung der Schweizer Pharmaindustrie

Wertschöpfung der Schweizer Pharmaindustrie
regionale Verteilung iph Mitgliederfirmen_f
Répartition régionale des entreprises membres d'Interpharma.

Publications

Importance de l'industrie pharmaceutique pour la Suisse