Série de blogs sur la conférence de presse annuelle d’Interpharma – Partie 2: Une place pharmaceutique forte, un accès fort des patientes et patients - Interpharma

Partager l’article sur:

23 janvier 2023

Série de blogs sur la conférence de presse annuelle d’Interpharma – Partie 2: Une place pharmaceutique forte, un accès fort des patientes et patients

Dr. Katrien De Vos, Présidente du comité exécutif d’Interpharma, country president d’AstraZeneca Suisse

Dans cette série de blogs, vous découvrirez ce que l’industrie pharmaceutique suisse pratiquant la recherche retient de l’année écoulée – et surtout ce qu’elle attend de 2023 et au-delà pour que le site pharmaceutique suisse reste à la pointe et que les patientes et les patients aient accès aux innovations médicales. Dans la deuxième partie, Katrien De Vos, présidente pour la Suisse d’AstraZeneca, présente pourquoi un site pharmaceutique fort est une condition importante pour un accès rapide et large aux patients en Suisse.

A l’heure actuelle, près de 7000 médicaments en cours de développement donnent de grands espoirs aux personnes concernées. L’année dernière, une quarantaine de nouvelles substances actives ont été inscrites sur la liste des spécialités en Suisse, principalement dans les domaines de traitements de l’oncologie, du système nerveux ou du système cardiovasculaire. En outre, plus de 30 nouvelles indications ont été inscrites dans cette même LS (liste des spécialités), ce qui aident les patients par exemple atteints de cancers ou de maladies métaboliques, nerveuses ou infectieuses.

Cependant, nous devons être conscients que la recherche pharmaceutique est risquée. Le développement d’un médicament dure en moyenne 12 ans et le risque d’échec est supérieur à 90%. Donc, sur 1 million de substances, seule 1 préparation est finalement mise sur le marché. Les coûts moyens de développement d’un médicament s’élèvent aujourd’hui à environ 2,5 milliards de francs.

Il faut garder à l’esprit que les quelques médicaments qui accomplissent avec succès tout ce processus du développement, doivent également financer les nombreux échecs. Cela nous permet de vraiment investir dans les innovations futures.

Des médicaments innovants peuvent réduire la charge des maladies pour la société

A part des couts de développement, il est également important de comprendre l’impact des innovations pharmaceutiques sur les couts des soins de sante.

Aujourd’hui, nous voyons des hôpitaux qui ont atteint leurs limites de capacité. Dans de nombreux cas, le personnel fait défaut. Pourtant, des médicaments innovants peuvent aussi contribuer à réduire la charge des hôpitaux et la charge des maladies pour la société. Cela a aussi été montré dans une étude récente de l’université de Columbia (Lichtenberg 2022)

Cette étude montre qu’ici en Suisse, les innovations pharmaceutiques ont réduit d’un tiers la mortalité précoce chez les personnes âgées de moins de 85 ans entre 1994 et 2010 et comment les hospitalisations ont été réduites de 2 millions de jours en 2019. Deux millions de jours, ça signifie 3 milliards de francs économisés pour le système de santé.

Nous voyons donc que l’accès à l’innovation pharmaceutique est également important pour maîtriser des coûts des soins de santé.

À l’heure actuelle, les patients en Suisse doivent parfois attendre des mois, voire des années, avant que les médicaments innovants soient inscrits sur la liste des spécialités. C’est à ce moment-là, que les médicaments soient remboursés par les caisses-maladie et donc que tous les patients ont un accès égal aux médicaments. Mais aujourd’hui, des thérapies importantes et parfois vitales arrivent aux patients avec un retard. Pour améliorer cette situation, il est important que nous disposions de conditions-cadres attrayantes.

Cela inclut, d’un part, le processus d’autorisation. Swissmedic a l’ambition d’être considéré comme l’une des autorités les plus importantes et les plus efficaces, et de toujours faire partie des premières autorités auprès desquelles une nouvelle demande d’autorisation est déposée. En tant qu’industrie, nous soutenons cette vision. L’industrie entretient des échanges constructifs et critiques avec Swissmedic afin d’améliorer constamment les procédures.

D’autre part, il existe toujours un retard entre l’autorisation et le remboursement par les assurances maladie. Ce retard était 135 jours en 2022, soit plus du double de ce qui est prévu par le règlement. Ce chiffre s’est amélioré l’année dernière. Mais le fait reste qu’en Suisse, les patients doivent encore attendre longtemps pour avoir un accès égal aux nouveaux médicaments.

Pour que la Suisse soit un marché attractif, il est important que nous disposions ici de bonnes conditions-cadres. Or, des projets en cours au niveau politique menacent sérieusement cette attractivité et remettent ainsi en question l’accès aux patients. Je parle ici en particulier de la révision de l’ordonnance sur l’assurance-maladie (OAMal) et l’ordonnance sur les prestations de l’assurance des soins (OPAS), qui créerait de gros problèmes pour l’attractivité du marché et donc pour l’accès au médicaments innovants.

Notre proposition de solution: le remboursement de l’accès accéléré à l’innovation

Comment peut-on résoudre cette situation dans laquelle on se retrouve actuellement ? Nous avons développé et présenté l’année dernière une proposition de solution concrète : le remboursement de l’accès accéléré à l’innovation. Il garantit l’accès immédiate aux médicaments. L’élément clé est que, dès que Swissmedic accorde l’autorisation, l’OFSP fixe un prix provisoire et inscrit le médicament dans la liste des spécialités. Ensuite, L’OFSP dispose d’un an (au lieu de 60 jours) pour définir le prix définitif. La différence entre le prix provisoire et le prix définitif sera remboursée par l’entreprise.

Cette proposition de remboursement de l’entreprise, en contrepartie du “jour 0” est, du point de vue de l’industrie, une option innovative et favorable, même si on compare au pays autour de nous. Pour résumer les avantages-clés de cette solution ;

  • Premièrement, notre proposition garantit aux patients l’accès immédiat aux médicaments dont ils ont besoin.
  • Deuxièmement, elle permet de gagner du temps pour la fixation des prix entre l’OFSP et les entreprises.
  • Troisièmement, grâce à l’obligation de remboursement de la part des entreprises, il n’y a pas de risque de prix trop élevés pour l’assurance-maladie et le système de santé.
  • Et en plus, cette optimisation des processus permettrait également de préserver l’attractivité du marché suisse et de recevoir le plus tôt possible les demandes d’autorisation des entreprises. Ce serait donc un win-win pour toutes les parties.

En conséquence, nous appelons le Conseil fédéral à continuer le dialogue et la mise en œuvre du remboursement de l’accès accéléré à l’innovation avec nous. Notre proposition peut résoudre certains problèmes. La révision en cours de l’OAMal aggrave les problèmes pour notre système de santé. De nombreuses patients concernées ne peuvent pas se permettre d’attendre des années avant d’avoir accès à un médicament vital.

En 2023, notre priorité principale restera de nous engager pour un accès immédiat et équitable aux médicaments innovants. En effet, il y a un grand besoin d’agir dans ce domaine.

Cela signifie que, dans l’intérêt des patients et dans l’intérêt de l’attractivité du marché, nous voulons éviter que les discussions politiques dans le cadre de la maîtrise des coûts et de la révision de l’OAMal mettent en danger l’accès aux médicaments innovants. Au lieu de cela, nous soutenons l’introduction d’un système de «value-based healthcare», à savoir un système de santé visant à optimiser les coûts et les bénéfices sur la base de mesures de qualité.

Deuxièmement, nous continuons à nous engager fermement pour que les patients aient accès aux médicaments innovants dès le jour de l’autorisation de mise sur le marché.

Pour cela, les processus d’autorisation et de remboursement doivent être encore optimisés et modernisés, comme par exemple par notre proposition que je viens de partager avec vous. Il est important, que nous tous, que nous nous engageons pour que les patients soient au centre de notre système de santé.

À propos de nous

Interpharma, fondée en 1933 et dont le siège se situe à Bâle, est l’association des entreprises pharmaceutiques suisses pratiquant la recherche.

Contact

Pour nous contacter

lire plus

Comité et direction

Interpharma se présente

lire plus

Vision et mission

Plus d’informations sur les tâches et les objectifs généraux d’Interpharma

lire plus

Rapport annuel d’Interpharma

Informations sur nos chiffres clés et activités au cours de l’année 2020

lire plus