Partager l’article sur:

26 janvier 2021

Une place pharmaceutique forte : le meilleur rempart aux crises

Ce texte est paru dans Le Temps, dans l’édition du 26 janvier 2021

Comme tous les secteurs économiques, l’industrie pharmaceutique suisse pratiquant la recherche a relevé de nombreux défis en 2020. Face à la pandémie de Covid-19, les entreprises pharmaceutiques se sont engagées de manière impressionnante avec trois objectifs majeurs : assurer l’approvisionnement en médicaments et la sécurité des patients; mobiliser les capacités de recherche en vaccins, diagnostics et traitements, et soutenir les gouvernements et les systèmes de santé sur le terrain. La crise a souligné la solidité de notre industrie. Malgré des conditions exceptionnelles et difficiles, l’approvisionnement en médicaments brevetés a été assuré sans que la capacité d’innovation du secteur n’en pâtisse. Cette robustesse de la place pharmaceutique suisse est également un atout pour la prospérité du pays. En 2021, l’industrie doit maintenir ses efforts dans la lutte contre la pandémie, mais elle doit aussi s’assurer que les conditions-cadres soient maintenues. Une place pharmaceutique forte est le meilleur rempart aux crises.

La crise sanitaire actuelle rappelle les enjeux stratégiques liés à la place pharmaceutique. La Suisse peut s’enorgueillir de figurer parmi les leaders mondiaux dans le domaine. Rappelons que l’industrie pharmaceutique emploie 47’000 personne directement et génère 206’800 emplois supplémentaires. Elle représente à elle seule 45% de l’ensemble des exportations suisses et rapporte 99,1 milliards de francs dans ce domaine. Les entreprises pharmaceutiques investissent continuellement dans la recherche et développement (7 milliards de francs par an pour les membres d’Interpharma). A noter encore que les entreprises investissent dans l’appareil industriel en Suisse pour produire des traitements de pointe qui sont l’avenir du secteur. Pour rester dans le peloton de tête des places pharmaceutiques il faudra relever trois défis en 2021 : assurer la stabilité des relations entre la Suisse et l’Union européenne, garantir l’accès des patients suisses aux traitements innovants et préserver la propriété intellectuelle.

La pandémie a également démontré l’importance pour la Suisse de maintenir des frontières ouvertes. Cela concerne tout autant la libre-circulation des personnes que celle des marchandises. Pour continuer à produire, les employés doivent pouvoir traverser les frontières au quotidien et les entreprises recevoir les matières premières et produits semi-finis nécessaires. Si les conditions cadres permettent aux entreprises d’exporter sans entrave, elles peuvent assurer la production en Suisse à long terme. L’accès au marché unique européen est un enjeu majeur pour l’industrie pharmaceutique. Nous disposons pour l’instant de conditions favorables, mais il est essentiel d’assurer l’avenir des relations bilatérales et donc de conclure un accord institutionnel entre la Suisse et l’Union européenne. A l’heure actuelle, notre secteur n’est pas sous la pression immédiate contrairement au secteur des technologies médicales. Mais toute atteinte à la compétitivité du pôle suisse de compétences des sciences de la vie se répercutent sur l’ensemble des acteurs de ce domaine. Il y a en Suisse un véritable écosystème, qui va des instituts de recherches et grandes écoles, en passant par les start-ups et les laboratoire établis. Les capacités d’innovation et les synergies entre les acteurs contribuent à la bonne santé globale de notre économie.

Un autre aspect préoccupe : en Suisse, l’accès des patients aux traitements innovants n’est pas toujours garanti. Cette situation choquante est dû au délai toujours plus grand s’écoulant entre l’autorisation de mise sur le marché d’un traitement par Swissmedic et son inscription sur la liste des spécialités par l’Office fédéral de la santé publique. Ainsi en 2020, 169 médicaments qui disposent pourtant d’autorisation de mise sur le marché ne sont pas encore remboursés. Imagine-t-on le scandale si pareil cas de figure s’était présenté pour les vaccins contre la covid-19 ? Le système standard actuel de remboursement des médicaments a fait ses preuves, mais il atteint ses limites. Interpharma est très active dans ce domaine et va poursuivre ses efforts dans ce sens en 2021. Tous les assurés devraient avoir accès aux médicaments qui leur conviennent le mieux dès l’approbation de ces derniers par Swissmedic. Il faut dépasser une vision étroite des coûts dans la politique de santé et accélérer l’accès des patients aux traitements et soins innovants.

Une place de recherche et de développement solide, s’appuie aussi sur la protection de la propriété intellectuelle. Contrairement à ce que l’on entend parfois, les questions de propriété intellectuelle n’ont pas eu d’impact négatif dans la lutte contre la covid-19. Au contraire, cela a permis aux entreprises de poursuivre et d’accélérer la R&D grâce à des investissements importants. La Suisse dispose d’une réglementation favorable dans ce domaine et doit la préserver.

Samuel Lanz

membre de la direction / Responsable de la communication

+41 61 264 34 85

Michèle Sierro

Responsable communication Suisse romande

+41 79 305 84 30

About us

Interpharma, the association of Switzerland’s research-based pharmaceutical industry, was founded in Basel in 1933.

Interpharma informs the public about issues that are important to the research-based pharmaceutical industry in Switzerland, including the pharma market in Switzerland, healthcare and biomedical research.

Contact

Pour nous contacter

lire plus

Comité et direction

Interpharma se présente

lire plus

Vision et mission

Plus d’informations sur les tâches et les objectifs généraux d’Interpharma

lire plus

Rapport annuel d’Interpharma

Informations sur nos chiffres clés et activités au cours de l’année 2020

lire plus

Médias

Informations actuelles et contacts pour les représentants des médias

lire plus