Partager l’article sur:

15 février 2021

Les types de vaccins

Le 19 décembre 2020, Pfizer SA et BioNTech SE ont fait part de l’autorisation en Suisse par Swissmedic de leur vaccin à ARNm contre la COVID-19.

À peine un mois plus tard, le 12 janvier 2021, après un examen minutieux de toutes les données fournies concernant la sécurité, l’efficacité et la qualité du vaccin basé sur une plateforme d’ARNm de Moderna, Swissmedic a délivré une autorisation à durée limitée à ce vaccin.

Swissmedic continue à examiner les vaccins de Johnson & Johnson et d’AstraZeneca.

Ce sont de bonnes nouvelles pour la population suisse. Mais de nombreuses personnes ne savent pas exactement de quels types de vaccins il s’agit et s’il en existe d’autres.

Un vaccin idéal contre le coronavirus apporterait à toute personne vaccinée une protection complète à vie contre une infection au SARS-CoV-2, avec un minimum d’effets secondaires légers. Mais aucun vaccin ne pourra entièrement correspondre à cet idéal.

Les entreprises et instituts de recherche travaillent au développement de vaccins de différents types. Les plus fréquents sont actuellement les trois types suivants:

Vaccins à ARN

Ces vaccins contiennent le plan de construction d’une protéine d’un agent pathogène précis sous la forme d’ARN messager (ARNm). Les cellules de notre organisme utilisent naturellement l’ARNm pour la production de toutes les protéines.

Une fois le vaccin injecté, l’ARNm qu’il contient déclenche la fabrication d’une protéine spécifique (inoffensive) de l’agent pathogène dans la cellule humaine. Cette protéine active alors, comme dans le cas d’un vaccin classique, le système immunitaire. Le système immunitaire fabrique à son tour des anticorps ciblés contre l’agent pathogène et met ainsi en place la protection vaccinale.

Les vaccins à ARNm présentent l’avantage d’être relativement faciles à produire, de sorte qu’un grand nombre de doses peut être rapidement fourni pour la vaccination.

Vaccins vectorisés à ADN

Du matériel génétique de l’agent pathogène est inséré dans un virus ou une bactérie qui ne provoque pas de maladie chez l’être humain. La multiplication de ces «vecteurs» dans le corps humain est limitée, de sorte qu’ils ne peuvent pas provoquer d’infection. Les vecteurs introduisent l’information génétique dans la cellule humaine et utilisent celle-ci pour fabriquer une protéine de l’agent pathogène. Cette protéine spécifique à l’agent pathogène active le système immunitaire de l’être humain et la fabrication d’anticorps ciblés qui induisent la protection vaccinale.

Il s’agit d’une technique récente qui a déjà fait ses preuves pour la vaccination contre la maladie à virus Ébola et contre certains cancers. Plusieurs projets utilisent des virus inoffensifs connus, par exemple le «Modified Vaccinia-Virus Ankara» (MVA), l’adénovirus de sérotype 26 (Ad26) ou le virus du vaccin contre la rougeole. Le vaccin de J&J (Janssen) se base sur cette technologie.

Vaccins à protéines virales

Contrairement aux vaccins à ARNm et à ADN, avec lesquels l’organisme doit tout d’abord fabriquer lui-même une protéine contre un agent pathogène, ce type de vaccin contient déjà la protéine de l’agent pathogène choisie (c’est le cas chez Sanofi/GSK). Après vaccination, cette protéine dite recombinante active le système immunitaire et déclenche la production d’anticorps qui éliminent l’agent pathogène intrus de manière ciblée. Ces vaccins reposent essentiellement sur une technologie éprouvée depuis des années: de nombreux vaccins autorisés (p. ex. contre la grippe ou l’hépatite B) sont fabriqués de cette manière.

La fabrication de vaccins à protéines virales prend plus de temps que la fabrication de vaccins à ARNm.

Cécile Rivière

Responsable communication Suisse romande

Qui nous sommes

Interpharma, fondée en 1933 et dont le siège se situe à Bâle, est l’association des entreprises pharmaceutiques suisses pratiquant la recherche.

Interpharma coopère étroitement avec tous les acteurs du système de santé, notamment avec les groupements d’intérêts de l’industrie pharmaceutique pratiquant la recherche dans notre pays et à l’étranger.

Interpharma informe le public sur les questions qui intéressent l’industrie pharmaceutique pratiquant la recherche en Suisse, ainsi que sur le marché du médicament en Suisse, le système de santé et la recherche biomédicale.

Rapport annuel d’Interpharma

Informations sur nos chiffres clés et activités au cours de l’année 2020

lire plus

Comité et direction

Interpharma se présente

lire plus

Publications

Télécharger et commander

lire plus

Vision et mission

Plus d’informations sur les tâches et les objectifs généraux d’Interpharma

lire plus

Contact

Pour nous contacter

lire plus

Médias

Informations actuelles et contacts pour les représentants des médias

lire plus