Formation et recherche en Suisse

Le XXIe siècle sera l’époque d’une société de la connaissance s’étendant à l’ensemble de la planète. Les connaissances individuelles et collectives et leur organisation sont de plus en plus importantes en tant que fondement de la coexistence sociale et économique et de la prospérité. La formation, la recherche et l’innovation (FRI) vont prendre une importance capitale, non seulement pour chacun individuellement, mais aussi pour la société dans son ensemble.

Chaque année, Confédération, cantons et communes dépensent près de 30 milliards de francs pour la formation. Cela montre bien que notre société a conscience du fait que des jeunes gens bien formés constituent notre principale ressource ainsi qu’un moteur de croissance économique. En comparaison internationale, la Suisse veut continuer à occuper une place dans le peloton de tête dans le domaine FRI.

Le système universitaire est un facteur concurrentiel

La formation et la science sont des éléments essentiels de la politique globale efficace d’un pays. Dans une économie mondiale de plus en plus axée sur le savoir, la réussite des entreprises suisses en dépend aussi. Celles-ci sont tributaires d’une main-d’œuvre hautement qualifiée, avec sa capacité d’innovation et de productivité. La qualité du système universitaire suisse est par conséquent un facteur concurrentiel important – en particulier pour les entreprises pharmaceutiques innovantes, qui doivent s’affirmer dans une compétition mondiale pour le savoir et l’innovation.

En Suisse, les dépenses de recherche et de développement sont en grande partie assumées par l’industrie privée: en 201, environ 64% des investissements de R&D ont été financés par l'industrie privée, tandis que la Confédération et les cantons n’apportaient qu’un bon quart des dépenses. Pour la politique de FRI de nombreux pays européens, l’objectif de Lisbonne ou la stratégie «Europe 2020» qui lui a succédé constitue la référence. Celle-ci prévoit de consacrer 3% du produit intérieur brut (PIB) à la recherche et au développement d’ici 2020. La Finlande, la Suède et la Suisse investissent d’ores et déjà davantage, l’Autriche entend consacrer 3,76% de son PIB à la recherche et au développement d’ici 2020, l’Allemagne et la France visent les 3%. En 2015, la Suisse a consacré 3,4% de son PIB à la recherche et au développement.

Le message FRI

Le message du Conseil fédéral sur la formation, la recherche et l’innovation (FRI) est le principal instrument de planification de la Confédération dans le domaine de la formation. Ce message fixe entre autres le montant des dépenses actuelles dans le domaine FRI. Normalement, le Conseil fédéral soumet tous les quatre ans un message aux Chambres fédérales. Afin d’améliorer la cohérence entre les grands messages financiers pluriannuels et le programme de législature, il avait été décidé d’intercaler un message couvrant une période d’une année pour 2012. Le prochain message est ensuite revenu à une période quadriennale en couvrant les années 2013 à 2016. Le Conseil fédéral a adopté le message FRI pour les années 2017 à 2020 en février 2016.

Il s’agit des messages suivants:

Message relatif à la participation aux programmes-cadres de recherche de l’UE 2014-2020
Message relatif à la participation aux programmes européens d'éducation 2014-2020
Message relatif à l’encouragement de la formation, de la recherche et de l’innovation pendant les années 2008 à 2011
Message relatif à l’encouragement de la formation, de la recherche et de l’innovation pendant l'année 2012
Message relatif à l’encouragement de la formation, de la recherche et de l’innovation pendant les années 2013 à 2016
Message relatif à l’encouragement de la formation, de la recherche et de l’innovation pendant les années 2008 à 2011