L’industrie pharmaceutique – moteur de la croissance

Dans un contexte conjoncturel difficile, l’industrie pharmaceutique suisse s’est avérée extrêmement robuste par le passé et, en 2016, elle a à nouveau accru nettement son chiffre d’affaires mondial. Environ la moitié des recettes de l’exportation sont réalisées dans des pays européens. Les étroites imbrications économiques internationales montrent que l’industrie pharmaceutique suisse est fortement tributaire de l’accès aux marchés internationaux. À part les marchés où l’industrie pharmaceutique réalise ses ventes, les marchés d’approvisionnement et du travail jouent aussi un rôle important. L’industrie pharmaceutique recrute son personnel spécialisé dans le monde entier et une part substantielle des employés est originaire de pays européens voisins. En outre, en raison de l’intensité de ses activités de recherche, l’industrie pharmaceutique bénéficie de la coopération européenne en matière de recherche. Du point de vue du site pharmaceutique autochtone, il faut donc, pour le développement à long terme du site pharmaceutique suisse, préserver l’accord de libre-échange et les accords bilatéraux, en particulier l’accord sur la recherche, sur la libre circulation des personnes et sur l’élimination des obstacles techniques au commerce.

La hausse du franc a laissé des traces

La forte réévaluation du franc suisse à la hausse en 2015 a fait baisser les marges bénéficiaires de l’industrie pharmaceutique suisse car les variations du taux de change se répercutent directement sur le chiffre d’affaires en valeur des médicaments dont les prix sont administrés. Cet effet a pu être compensé par le volume des ventes toujours en forte croissance ainsi que par des améliorations de l’efficacité, de sorte que la valeur ajoutée nominale a encore augmenté en 2015. En 2016 également, la tendance positive s’est poursuivie et on a enregistré un plus de 1,9%, soit une valeur ajoutée brute de 28,9 milliards de francs suisses en 2016, ce qui représente 4,5% de l’économie globale et 25% de la valeur ajoutée industrielle. Pour ce qui est de la valeur ajoutée réelle, la croissance des deux dernières années s’est même accélérée. Bien que la branche pharmaceutique soit de plus en plus grande, la croissance se poursuit à un très haut niveau.

Une grande importance pour d’autres branches

Pour fabriquer ses produits, l’industrie pharmaceutique a besoin de facteurs d’input, non seulement sous forme de travail et de capital, mais aussi d’autres prestations intermédiaires (marchandises et services) d’autres branches. La demande en prestations intermédiaires de la part de l’industrie pharmaceutique génère des emplois dans ces branches, auprès des fournisseurs, etc. En outre, le commerce et l’industrie manufacturière bénéficient des dépenses de consommation des employé-e-s des entreprises pharmaceutiques. Dans le cadre d’une analyse d’impact, tous les flux de paiement pertinents déclenchés par les activités de l’industrie pharmaceutique ont été analysés et quantifiés sous forme d’une intégration verticale couvrant l’ensemble de la chaîne de valeur ajoutée.

S’agissant du nombre d’emplois (emplois à temps plein, ETP), les modèles de calcul aboutissent à un multiplicateur de 4,2, c’est-à-dire que chaque emploi dans l’industrie pharmaceutique génère 3,2 autres emplois à temps plein dans les entreprises d’autres branches qui bénéficient indirectement des activités de production et de recherche de l’industrie pharmaceutique. Par conséquent, en 2016, en plus de quelque 43 000 emplois dans l’industrie pharmaceutique proprement dite, quelque 138 000 autres postes dans d’autres entreprises dépendaient de l’industrie pharmaceutique. En 2016, une masse salariale de quelque 12,9 milliards de francs suisses était liée à ces emplois supplémentaires. Cela veut dire que pour 1 000 francs de salaire gagnés dans l’industrie pharmaceutique, environ 2 200 francs en moyenne sont gagnés par les employés d’entreprises d’autres branches.

Pour la valeur ajoutée brute, le multiplicateur est de 1,7. Cela veut dire que chaque franc suisse de valeur ajoutée dans l’industrie pharmaceutique entraîne 70 centimes de valeur ajoutée supplémentaire dans d’autres branches de l’économie suisse. Au total, les entreprises suisses d’autres branches bénéficient des activités de production et de recherche de l’industrie pharmaceutique à hauteur de quelque 20,7 milliards de valeur ajoutée. En 2016, la contribution directe et indirecte totale en valeur ajoutée était d’environ 49,6 milliards de francs, soit 7,8% de la valeur ajoutée brute globale.

Importance économique
Importance économique de l'industrie pharmaceutique

Publications

Importance de l'industrie pharmaceutique pour la Suisse