Des différences de prix moins marquées

De nombreuses personnes pensent que le prix des médicaments est exorbitant en Suisse par rapport à l’étranger. En réalité, ils ne sont en général aujourd’hui pas plus chers en Suisse que dans des pays européens comparables. La comparaison des prix des médicaments réalisée en commun par l’industrie pharmaceutique et les caisses-maladie en 2013 montre que la différence de prix avec les pays étrangers comparables des 200 médicaments originaux brevetés ayant le plus fort chiffre d’affaires a continué à diminuer. Les différences de prix sont principalement dues à la surévaluation du franc suisse et à la situation inhabituelle du taux de change.

Prix des médicaments en baisse

En Suisse, le prix des médicaments est fixé par l’État et contrôlé tous les trois ans en tenant compte en particulier des prix dans six pays européens de comparaison (AT, DE, DK, FR, NL, UK). Cette comparaison avec les prix pratiqués à l’étranger a entraîné de nombreuses baisses de prix de tous les produits, de sorte que les nouveaux médicaments ont aujourd’hui en Suisse des prix comparables à ceux de ses voisins européens. Dans le domaine des médicaments, la Suisse n’est plus un îlot de cherté. L’indice des prix à la consommation révèle que, ces dernières années, le prix des médicaments a baissé uniquement en Suisse et aux Pays-Bas. Dans les autres pays de référence, il a augmenté pendant la même période.

Surévaluation du prix des médicaments

Dans la discussion sur les coûts, le rôle joué par les médicaments est en général surévalué. Avec 9,4%, la part des médicaments aux coûts de santé s’est stabilisée en 2011 à un faible niveau. Depuis 1960, la part des biens médicaux (essentiellement médicaments) aux dépenses totales de santé a diminué de près de la moitié. Une comparaison internationale montre qu’en Suisse, on dépense beaucoup moins d’argent par tête pour des médicaments que dans d’autres pays comparables. Dans presque tous les pays de l’OCDE, nettement plus de 10% des dépenses totales de santé vont au secteur des médicaments: 16,2% par exemple en Italie, 15,6% en France. En Suisse, on dépense moins d’argent par tête pour les médicaments qu’en Allemagne, en Autriche, aux États-Unis ou en France. Les médicaments représentent 0,4% des dépenses des ménages, ce qui est peu par rapport à d’autres postes de dépenses.

Publications

Dossier thématique 3/2011
Conséquences de la force du franc
Dossier thématique 3/2009
Les conséquences importantes du programme d’économies